GUIDES DE HAUTE MONTAGNE L’Equateur, 24e pays reconnu à l’international

1024 768 Juliana

Les professionnels équatoriens, dont Juliana Garcia, première femme guide UAGM sur le continent sud-américain, ont atteint les standards internationaux notamment grâce à la collaboration de l’Ensa de Chamonix.

Les professionnels équatoriens, dont Juliana Garcia, première femme guide UAGM sur le continent sud-américain, ont atteint les standards internationaux notamment grâce à la collaboration de l’Ensa de Chamonix. Photos Roberto Espinosa F. / @roberef

 

Les professionnels équatoriens, dont Juliana Garcia, première femme guide UAGM sur le continent sud-américain, ont atteint les standards internationaux notamment grâce à la collaboration de l’Ensa de Chamonix. Photos Roberto Espinosa F. / @roberef

Photos Roberto Espinosa F. / @roberef

 

Sacré tempérament que celui qui anime Juliana Garcia. Non seulement elle est la première femme guide du continent sud-américain mais en sus, la présidente de l’association équatorienne qui régit la profession dans son pays (ASEGUIM), a conduit l’Equateur au niveau des standards internationaux. Ainsi, récemment, lors du dernier congrès de l’Union internationale des associations de guides de montagne (UIAGM) à Kranjska Gora (Slovénie), le pays andin est devenu le 24e à obtenir cette reconnaissance, suivant l’exemple du Népal, avec une exemption pour le ski dans ce pays sans grande tradition de glisse. « L’action a commencé en 2014. Elle a d’abord consisté à instituer une formation de formateurs, explique François Marsigny, responsable du département alpinisme à l’Ecole nationale de ski et d’alpinisme (ENSA). Ainsi la France a joué un rôle majeur dans cette coopération. En 2015, trois formateurs équatoriens sont venus à Chamonix et l’an dernier l’ASEGUIM est venu observer un stage d’aspirants-guides français. En mars dernier, François Marsigny et l’Allemand Reiner Talinger, directeur technique de l’UIAGM ont suivi le déroulement de leur stage, consacrant  leur intégration. « Entre l’Ensa et l’Equateur, c’est une longue histoire qui remonte à 1984  et ces dernières années Francois Marsigny est venu trois fois pour mettre en place le processus », explique Juliana Garcia.

Aujourd’hui, l’Equateur compte 23 guides reconnus dont 16 ont suivi le processus en Bolivie. « Cette reconnaissance est le fruit de quatre ans de travail » explique la présidente, rendant hommage à son prédécesseur José Luis Peralvo  qui lança la première lettre officielle au rassemblement de Huaraz il y a 4 ans. Depuis l’école équatorienne avec son directeur technique  Joshua Jarrin, récemment en expédition au Makalu, et Juliana Garcia ont suivi le cursus exigé pat l’UIAGM à l’issue de trois visites de la commission technique, pour les programmes pédagogiques en rocher, glacier et terrain varié.  L’activité du métier de guide en Equateur offre bien des perspectives tant le relief est caractéristique, foisonnant de sommets convoités par des alpinistes du monde entier comme le Chimborazo (6263m). « Bien sûr, ils vont travailler sur leurs volcans. Leurs chaînes offrent un beau terrain de jeux entre courses de neige ou d’arêtes mais aussi des falaises extraordinaire. Ils exerceront aussi dans les pays voisins au Pérou, en Bolivie et sont sollicités par des agences américaines », explique François Marsigny. Certains vont aussi en Himalaya et d’autres se formeront au ski. »  Voilà l’Equateur bien structuré pour maîtriser la demande avec sa propre formation. “C’est un grand pas pour notre pays”, conclut Juliana Garcia.

http://www.ledauphine.com/montagne/2017/05/19/l-equateur-24e-pays-reconnu-a-l-international